Sommaire du journal N°131 - Octobre/Novembre 2016

A l’heure où les députés et les sénateurs vont examiner la révision de la loi Montagne, qui date de 1985 – dont le projet a été présenté en conseil des ministres le 14 septembre dernier –, la Fédération des associations de résidents des stations de montagne (FARSM), qui a tenu son asssemblée générale en août, s’inquiète de l’urbanisation excessive à ses yeux introduite dans les PLU des communes. Exemple à Saint-Gervais où Les Amis de Saint-Gervais protestent contre le projet de construction d’un complexe hôtelier de 650 lits aux Bétasses, jugé «surdimensionné» par l’association et risquant d’entraîner «des désordres graves sur le plan environnemental». Il est vraisemblable qu’en dernier resssort le tribunal administratif tranchera. Comme à Combloux où le projet de résidence à la Cry – certes moins spectaculaire – est contesté par les riverains.

 

Ainsi les débats à l’Asemblée nationale et au Sénat risquent d’être houleux quand il faudra arbitrer les contradictions entre la loi ALUR et la loi Montagne, et les rendre compatibles. De la même façon pour la loi NOTRe sur le devenir des offices de tourisme. Un point mineur sans doute aux yeux du public mais qui préoccupe au plus haut point les élus des stations de montagne. La loi NOTRe prévoyait que les offices de tourisme seraient gérés par l’intercommunalité. Or il apparaît aujourd’hui que les stations classées de tourisme – et elles seules – pourront conserver et gérer leur propre office de tourisme communal. En tout état de cause, les choix devront être faits au 1er janvier 2017.

 

On ne parle plus souvent des centrales hydroélectriques – fierté souvent pourtant de nos territoires – dans les énergies renouvelables, le débat étant polarisé par le nucléaire, l’éolien ou le solaire. Et pourtant la production hydroélectrique représente 10 % de notre consommation électrique. Et le projet présenté par Voltania, nouvel acteur dans ce secteur (Famille Mulliez : Auchan, Décathlon, Quechua, etc.), qui a enlevé l’appel d’offres lancé par Chamonix et Les Houches pour la construction et l’exploitation d’une centrale hydroélectrique sur le torrent de Taconnaz, pourra alimenter 4 800 foyers, soit 90 % de la consommation des deux communes.

 

C’est le leader mondial de la cosmétique, L’Oréal – médiatisé ces dernières années par l’affaire Bettencourt, Liliane Bettencourt étant la copropriétaire du groupe qui pèse quelque 25 milliards de chiffre d’affaires – qui prend les commandes de la Société des Thermes de Saint-Gervais en achetant la totalité des parts de la société Rivadis qui avait obtenu la délégation de service public de la municipalité de Saint-Gervais qui court jusqu’en 2031. 

Nul doute que l’arrivée de ce géant à Saint-Gervais va dynamiser la station. La municipalité en a profité pour augmenter la redevance due à l’exploitation de la marque «Saint-Gervais Mont Blanc» qui appartient à la commune...

 

Revue de web

Montagne

Pays du mont Blanc

Haute-Savoie

Chamonix

Les Houches

Saint-Gervais

Les Contamines-Montjoie

Megève

Combloux

Sallanches

Passy

Praz-sur-Arly

Loisirs

Livres

Petites annonces

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :


Courrier des lecteurs
Suite à notre article sur la destitution du Père Vesin à Megève, M. René Stevens de Marignane (propriétaire Saint-Gervais) nous a adressé la remarque suivante.

Boutique
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous