Pays du mont Blanc - N°118 - Août/Septembre 2014

Trois questions au nouveau président de la Communauté de communes Pays du Mont-Blanc Georges Morand

Elu, pour six ans, à la tête de la Communauté de communes Pays du Mont-Blanc le 9 avril dernier, Georges Morand, le maire de Sallanches, souhaite avant toute chose «remettre les choses à plat», avant d’entrer dans le vif du sujet.

JdP – Pour vous cette présidence c’était une évidence ?

Georges Morand – Je pense que «tout le monde» peut être président de l’intercommunalité. Il n’y a pas de commune plus «importante» que les autres. Mais je trouvais normal que la ville centre, qui est Sallanches, avec sa multitude de services publics, dont l’hôpital, assure la présidence. Mais la prochaine fois ce sera peut-être le maire d’une autre commune. C’est bien qu’il y ait un turn-over.

Comment appréhendez-vous cette nouvelle mission ?

Dans un premier temps il nous faut tout reprendre, ne fut-ce qu’au niveau financier car le premier budget avait été élaboré sur dix mois. Nous devons savoir où nous allons, ce que nous pouvons nous permettre et de quelle marge de manœuvre nous disposons afin de ne pas augmenter les impôts. Il a été demandé à chaque représentant, au sein de sa propre commune, d’organiser un tour de table pour voir quels investissements communautaires étaient prioritaires mais aussi quelles compétences ils souhaitaient «communautariser». Si l’on prend l’exemple du tourisme, que la Communauté de communes de la Vallée de Chamonix Mont-Blanc a désormais placé dans la corbeille communautaire, chez nous ce sera nettement plus compliqué, étant donné la multiplicité des identités et des enjeux. 

Quels sont vos axes de travail prioritaires ?

Aujourd’hui nous avons attaqué la phase de mise en place. Toutes les commissions sont constituées et à l’issue du travail de chacune, nous mettrons sur la table ce que nous pouvons ou voulons mettre en commun. Cet automne nous devrions – je l’espère – sortir un premier cahier de route. Nous verrons alors ce que nous pouvons nous payer ou pas. Mais il est certain que des choses devront changer rapidement. Nous avons lancé un appel d’offres pour la mise en place du site Internet. Lors d’une réunion en préfecture avec le préfet, la nécessité de faire un SCoT a été réaffirmée. Nous devons en discuter avec les différents maires car en fonction des options choisies cela prendra trois ou cinq ans. Dans cette communauté de communes à dix, il y a cinq nouveaux maires (Les Contamines-Montjoie, Domancy, Passy, Demi-Quartier et Megève). Chacun commence déjà par mettre de l’ordre dans sa propre commune. Dans quelques mois nous y verrons plus clair. L’objectif est de faire progresser cette intercommunalité mais en y faisant vraiment participer tout le monde.

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 


Courrier des lecteurs
Suite à l’article sur le nouveau refuge du Goûter, paru dans le Journal des Propriétaires du pays du Mont- Blanc n° 107 (octobre-novembre 2012), M. Raymond Courtial, vice-président de la FFCAM, a tenu à apporter les précisions suivantes.

Boutique
6 € N°126
Décembre/Janvier 2016

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous