Portraits - N°78 - Décembre/Janvier 2007

Michel Guérin : mort d’un visionnaire

La disparition brutale de l’éditeur chamoniard Michel Guérin affecte la communauté montagnarde.

 

MB78-24a.jpgLes livres rouges sont en berne. Leur «père», Michel Guérin, s’en est allé. A l’heure du café, un triste mercredi d’octobre. Un départ prématuré. Une sortie de scène cruelle – le jour-même de ses 55 ans – et directe. Directe, tout comme la prose des auteurs maison, que l’éditeur chamoniard savait intelligemment tirer vers le haut et pousser à l’essentiel. «Il voulait dépouiller ses ouvrages de tout verbiage et il savait l’expliquer», souligne Antoine Chandellier (journaliste et chef d’agence au Dauphiné Libéré), qui a signé La Trace de l’ange et Mission alpinisme. «Il m’a beaucoup appris. A être modeste, à accepter le regard extérieur, à avoir un meilleur sens de la narration, à écrire de manière plus directe, plus incisive. C’était un personnage audacieux.» Qui mènera sa barque contre vents et marées, treize ans durant, au fil d’une ligne éditoriale sans faille.

 

Carré mais pas fermé

 

La première idée de génie de ce fils de pub, ancien libraire, fut de remettre au goût du jour Les Conquérants de l’inutile et d’installer Lionel Terray dans un «carré rouge». Ce format bâtard – que des «experts» prétendaient invendable – fera mouche auprès des lecteurs, également séduits par l’iconographie de l’ouvrage. Le pari, pourtant risqué, est gagné. Et le reste de la «production Guérin» sera du même acabit, placé sous le sceau du bon goût. Voir un livre, le sentir, l’imaginer était chez le «père Michel» tout naturel.

Si son redoutable flair littéraire l’a poussé à peupler sa collection «Texte et Image» d’alpinistes légendaires (Lachenal, Livanos, Heckmair...), il a ensuite créé «Terra Nova», qui s’ouvre à d’autres récits, aux idées, aux polémiques. Il y a aussi cette «Petite Collection», à laquelle il était très attaché, car elle donne la parole à toute une population de sans-grades, d’humbles passionnés, de pignoufs attendrissants, de drôles de menteurs et d’athlètes de comptoirs. Dans un univers parfois monolithique, s’engouffrer dans la voie de l’humour permet d’alléger le propos. Michel Guérin, bon vivant, ne le savait que trop. Et une fois encore son «nez» ne l’a pas trahi, lorsqu’il est allé solliciter Dominique Potard, en 1997, pour éditer Le Port de la Mer de Glace, que l’écrivain avait déjà publié à compte d’auteur. Cette rencontre heureuse et fructueuse dépassera allégrement la simple relation professionnelle. «Dans nos vallées, il n’y a pas des tonnes de gens brillants. Michel laisse une empreinte très forte mais aussi un grand vide, note, très affecté, Dominique Potard. Je ne sais pas qui a sorti cette connerie que "nul n’était irremplaçable". Lui, il l’est en tout cas. C’était un mec pétillant. Il te tirait vers le haut, mais sans la ramener. C’était un esprit curieux. Tout l’intéressait.»

 

Auberge espagnole

 

MB78-24b.jpgCe côté touche-à-tout l’a d'ailleurs poussé à décloisonner la littérature de montagne. Pour la dépoussiérer, la dynamiser. Pour laisser s’exprimer des acteurs de tous bords. Une ouverture qu’apprécie particulièrement Blaise Agresti, ancien commandant du Peloton de gendarmerie de haute montagne de Chamonix, qui a signé, en 2006, In Extremis. «La démarche d’éditeur de Michel Guérin est unique, dit-il. Sa maison est une véritable auberge espagnole, où se croisent des gens disparates. Avec à l’arrivée, un regard très croisé, très mélangé sur la montagne. Par cette approche "démocratique", il incarne parfaitement l’esprit montagnard, l’esprit refuge. Avec un même fil conducteur, il a su mettre en relation des tas de personnalités différentes. Ce qu’il a construit est complètement exceptionnel.» Une singularité que son équipe entend bien perpétuer. Depuis la disparition du «premier de cordée», ses collaborateurs – dont sa femme, Marie-Christine – continuent à faire tourner la petite fourmilière de la rue des Moulins, boostés par la sortie de plusieurs ouvrages: en décembre, Allais, la légende d'Emile, de Gilles Chappaz, et, au printemps, une biographie de Patrick Berhault, coécrite par Dominique Potard et Michel Bricola. La belle aventure continue.

 

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 
 


Courrier des lecteurs
Suite à notre article sur la destitution du Père Vesin à Megève, M. René Stevens de Marignane (propriétaire Saint-Gervais) nous a adressé la remarque suivante.

Boutique
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous