Faune - N°76 - Août/Septembre 2007

Le loup, l’agneau et le mont Blanc

MB76-9a.jpgLe loup au Pays du Mont-Blanc : aberration ou future réalité ? «Pour moi, il ne fait aucun doute qu’il arrivera un jour jusqu’ici. L’altitude n’est pas un problème pour lui. La présence de l’être humain, non plus.» Jean-Marc Landry n’entend nullement jouer les oiseaux de mauvais augure mais, pour ce spécialiste suisse des canidés, installé à Servoz, cette arrivée – ou plus exactement cette remontée – du grand prédateur est naturelle. «Dès que le loup a été protégé en Italie, dans les années 70, il a commencé à rechercher de nouveaux territoires. Et il devrait en toute logique continuer à se disperser. Le loup ne connaît pas de frontières et une meute pourrait très bien installer son territoire dans une région à cheval sur la Suisse, la France et l’Italie.» Et dans cette perspective, il est impératif d’en finir avec les conflits stériles entre pro et anti-loups. «Chaque camp doit retirer ses œillères pour arriver à faire la part des choses, insiste Jean-Marc Landry. Tout en reconnaissant que les attaques de loups peuvent être très traumatisantes pour les éleveurs et les bergers, il faut parvenir à appréhender l’élevage dans un contexte global.» Le prédateur doit alors être traité comme un «paramètre» parmi d’autres, ce qui impose de prendre des mesures de précaution pour la gestion des alpages (chien patou, parcs nocturnes, gardiennage, etc.), sans que l’on puisse néanmoins parler de solution miracle.

 

Prévenir pour contenir les attaques

 

MB76-9b.jpg«Dire que l’on va avoir un berger en permanence, des chiens de protection et des troupeaux parqués, c’est très simple sur le papier, constate Jean-Marc Landry. Mais sur le terrain, c’est différent. Certains dispositifs peuvent effectivement diminuer les dégâts – comme dans les Alpes de Haute Provence, où la prévention a payé (deux fois moins d’attaques) – mais dans certains secteurs, cela ne marche pas toujours.» Ainsi dans les zones touristiques, la «peur du loup» ne doit pas être supplantée par la «peur du patou». Éthologiste, travaillant depuis de longues années avec les chiens de protection, Jean-Marc Landry connaît la problématique. «Il y a effectivement eu quelques cas de morsure, souvent dus à un mauvais comportement des promeneurs.» Une chose est certaine : les chiens ne doivent pas être ni trop agressifs ni trop réactifs. «Mais ils ne peuvent pas être non plus trop gentils, rétorque le biologiste, car si c’est le cas, ils se font nourrir par tous les randonneurs et ils ne restent plus au troupeau. Avoir un chien de protection opérationnel, c’est du travail. La première année est souvent un peu difficile car il fait sa crise d’ado. Mais après 15 mois, il se stabilise.» Si certains bergers ont décidé de franchir le pas – dans un premier temps pour contenir les attaques de chiens errants – , leur choix n’a pas toujours été bien compris, leurs collègues les accusant de faire le jeu des «pro-loup». Pour Jean-Marc Landry, il est nécessaire de rétablir le dialogue entre toutes les parties. «Il faut arrêter de mettre le loup sur un piédestal ou d’en faire un bouc émissaire, en le rendant responsable de tous les problèmes de l’élevage. Personnellement, cela ne me pose pas de problème que les loups qui commettent des dégâts soient abattus. Mais encore faut-il que les tirs soient ciblés. Si une meute est complètement déstructurée, cela risque encore d’augmenter les dégâts car les jeunes n’auront plus de repères et tueront "au plus facile".» La question n’est pas simple mais il s’impose désormais de trouver un juste milieu, pour que ce retour naturel du loup soit vécu le plus «sereinement» possible.

 

Aux Glières et dans le Chablais

 

La Haute-Savoie compte au minimum un loup, sur le plateau des Glières : la louve Monica. Des attaques (suspicion chien ou loup) ont également été effectuées au col de la Colombière. Dans le Chablais valaisan, la présence d’au moins une louve est avérée. Côté italien, dans le parc du Grand Paradis, un individu se serait installé alors qu’un autre serait aperçu occasionnellement dans le Val d’Aoste. Au Pays du Mont-Blanc, l’hiver dernier, des conducteurs de ratracks auraient vu un loup dans le secteur de Saint-Gervais et du Mont-Joly. Mais il s’agit de simples supputations. Pour établir à 100% la présence du prédateur sur une zone, il convient en effet d’apporter une preuve scientifique validée par une étude génétique (réalisée sur une crotte, sur des poils…). En cas d’attaques sur un troupeau, la prudence est de mise car certains grands chiens (type husky) ont le même type de morsure que le loup et le même mode opérationnel, celui du «surplus killing» : tant qu’il y a des mouvements dans le troupeau, le chien ou le loup continue à tuer.

 

Photos : Jean-Marc Landry

 


 

Un «petit» gabarit

Le loup rencontré «chez nous » est d’un petit gabarit (la femelle pèse en moyenne 25 kg et le mâle 35 kg). Il vient d’Italie d’où il n’a jamais disparu. Les individus isolés sont des disperseurs. Ils partent s’installer sur un nouveau territoire en attendant qu’un autre congénère croise leur chemin . Ils peuvent ainsi rester plusieurs années avant de se reproduire.

 


Entre chiens et loups

Auteur de plusieurs ouvrages sur le loup (dont un paru aux éditions Delachaux & Niestlé ), le biologiste Jean-Marc Landry travaille avec les éleveurs pour la mise en place de chiens de protection. Il organise également des voyages d’observation des loups sur le terrain, notamment en Espagne dans la région de la Sierra de la Culebra, à la frontière portugaise. Prochaine session en septembre : renseignements www.canis-ovis.com

Commentaires des internautes
ADRION alain - le 06/05/2009 à 17:32
sur le loup en val d'aoste, j'en vu deux fois deux debut mai 2008. Le deuxieme soir l'un deux m'a approché à environ 5 m avant de me découvrir. J'ai environ 20 photos dont quelques une plein cadreAmicalement
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous