Passy - N°82 - Août/Septembre 2008

Le jardin du bonheur

mb82-1a.jpgPari tenu. Le «Jardin des Cimes» a pu ouvrir ses portes au public le 5 juillet. Comme prévu. Et pourtant, au vu du bourbier qui régnait encore au mois de février, qui aurait jamais pu imaginer que, quelques mois plus tard, sortirait de terre ce «jardin extraordinaire», entraînant les promeneurs dans un fabuleux voyage botanique ? C’était sans compter sur la ténacité et la volonté de toute l’équipe de Champ des cimes (épaulée par de très nombreux partenaires, dont la commune de Passy), qui s’est jetée corps et âme dans ce chantier d’envergure. «C’est une formidable aventure humaine, sociale et entrepreneuriale», souligne avec une grande émotion Yvonnick Plaud, le président des entreprises d’insertion de la région Rhône-Alpes. Insertion, le mot-clé de ce projet, qui a osé le mélange des genres. «Arriver à combiner cette dimension sociale d’insertion avec une vocation touristique, c’est tout bonnement unique, se réjouit le député-maire de Bonneville, Martial Saddier. J’espère que nous verrons d’autres initiatives de ce genre fleurir en France à l’avenir. Le mont Blanc peut-être fier d’avoir en face de lui ce "Jardin des Cimes".» Il faut dire que les lieux, dessinés par le cabinet d’architecte paysagiste L’Atelier, offrent un panorama d’exception sur le massif. Tous les sens sont mis en éveil lors de la balade à la découverte des potagers du monde mais aussi à travers les différents étages alpins. Les étapes d’une course en montagne sont ainsi symbolisées par des portes (porte des miroirs, porte tellurique, porte de l’ombre, etc.) que traversent les visiteurs. Pendant près d’une heure et demie, ils déambulent à travers les deux hectares du terrain pour une promenade sensorielle, pédagogique et... gastronomique. Au «Café du Jardin», chaque jour, est proposé un panier-repas concocté par le chef étoilé Mickey Bourdillat (Le Bistrot, à Chamonix) : soupe chaude ou froide, salade et tartes aux légumes, fromages, jus de fruits frais, etc. Un vrai régal ! Créé, entretenu et géré par Champ des Cimes, le «Jardin des Cimes» a permis de créer dix emplois en insertion. «Une opération rentable, insiste Yvonnick Plaud. Pour chaque euro versé par l’Etat, l’entreprise d’insertion verse à la collectivité plus de 2 euros en charges sociales, TVA et impôts. Sans compter les économies en matière de prestations chômage ou RMI.» Tout le monde y trouve son compte. A commencer par le Plateau d’Assy ainsi redynamisé. Pour démarrer en fanfare cette première saison au jardin, un festival des arts partagés, parrainé par François-René Duchâble, a ainsi été organisé. Au mois d’août, c’est la matière qui sera reine, différents artistes venant créer des œuvres au cœur du domaine.

mb82-20.jpgAccessible à tous, à découvrir seul, en groupe ou en famille, «le Jardin des Cimes» accorde une attention particulière aux personnes à mobilité réduite. Jusqu’au 14 septembre, le site est ouvert tous les jours de 10h à 19h. Ensuite jusqu’au 15 novembre de 10h à 18h, sauf le lundi. Tarifs : adulte : 6 €, réduit : 4 € ; enfant jusqu’à 12 ans : 3 € (gratuit pour les moins de 4 ans). Renseignements : 04 50 53 44 75 ou www. jardindescimes.com

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 
 


Courrier des lecteurs
Suite à l’article sur le nouveau refuge du Goûter, paru dans le Journal des Propriétaires du pays du Mont- Blanc n° 107 (octobre-novembre 2012), M. Raymond Courtial, vice-président de la FFCAM, a tenu à apporter les précisions suivantes.

Boutique
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous