Passy - N°78 - Décembre/Janvier 2007

Le chantier de l’animation

Longtemps resté au stade de projet pour cause d’explosion du budget (6 ME au lieu des 4 initialement prévus), le nouvel Espace animation de Passy va enfin sortir de terre. A une encablure du gymnase des Fiz. Le coup d’envoi des travaux a été donné à la fin du mois de novembre. Un démarrage précédé par une rencontre avec les riverains – en particulier les habitants des Cèdres – qui devront «faire avec», durant les 15 mois de la construction. «Le but est de limiter au maximum les nuisances, surtout sonores, explique Romain Monod, conducteur des travaux au sein de l’entreprise GFC. Notre personnel est sensibilisé à la question et nous essayons toujours de trouver des solutions.» Et pour cause, chez GFC, la politique maison s’articule autour d’une série de critères qualitatifs et environnementaux très stricts. «Toutes nos réalisations s’effectuent dans cette optique, assure Romain Monod. Nous trions les déchets dans 5 ou 6 bennes différentes. Nous utilisons un maximum de matériaux recyclables. Nous sommes régulièrement audités en cours de route. Et si nous avons respecté nos engagements, notre direction nous décerne un "drapeau bleu".»

Pas question non plus de lésiner sur la sécurité. Les abords du chantier seront clôturés et l’immense grue (35 m de haut et 60 m de flèche), érigée il y a quelques semaines, sera bridée, afin de ne transporter aucune charge au-dessus de secteurs précis. L’engin sera utilisé jusqu’au mois de mai, alors que le bâtiment, long de 100 m pour 30 m de large, aura déjà pris forme. «Le gros défi est la salle d’animation proprement dite, avec ses grandes voiles de béton de 10 m de haut, confie Romain Monod. C’est ce qui fait la spécificité du projet.»

Un projet bipolaire : la partie salle (1 500 m2) et celle réservée au foyer des jeunes (1 000 m2) seront en effet reliées par un auvent métallique; métal qui habillera également la casquette du toit et la partie inférieure des façades (la partie supérieure est, elle, en bardage bois). Vingt-cinq personnes devraient travailler durant la phase gros œuvre et un peu plus durant la partie corps d’Etat. «Dans quinze mois, nous devrions rendre le clos couvert, avec les murs, l’étanchéité, le toit, l’électricité, la plomberie et le chauffage, annonce Romain Monod. Démarrer en décembre ne nous pose aucun problème. Nous allons prendre certaines dispositions. L’hiver ne nous fait pas peur. Seul le grand froid est problématique, pas la neige.»

 

En cas de problème, les responsables du chantier peuvent être joints au 06 66 47 62 09 (R. Monod) ou 06 99 18 73 82 (A. Souza).

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 
 

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous