Montagne - N°129 - Juin/Juillet 2016

Il ne pleut pas assez ? Construisez une montagne... / Brèves

On connaissait déjà les villes et les aéroports sur l’eau, les pistes de ski en plein désert… Et il y aura peut-être bientôt de vraies montagnes artificielles. L’idée a, en tout cas, fait son petit bonhomme de chemin auprès des instances dirigeantes des Emirats Arabes unis, où la pluie n’est pas denrée courante. Qu’à cela ne tienne, il «suffira» peut-être de construire une montagne pour que s’y agglutinent des nuages porteurs d’eau. C’est pour plancher sur ce projet un peu fou que les EAU se sont rapprochés des experts du Centre national de recherche atmosphérique américain (NCAR). Si la construction est techniquement réalisable, encore faudra-t-il «ensemencer» les nuages (c’est-à-dire y envoyer des cristaux de sel afin d’augmenter la condensation et donc, faire pleuvoir). Et en la matière, plusieurs pays ont déjà réalisé de belles avancées, dont les Emirats Arabes unis.


Avalanches : un bilan plus «léger» que les autres années

Marqué par deux accidents de grande ampleur en début d’année (trois morts aux Deux Alpes – dont deux lycéens – et six autres, des légionnaires, à Val Fréjus, peu de temps après), l’hiver 2015-2016 semblait bien mal parti en termes de victimes d’avalanche. Il n’en a rien été. Ainsi au 1er mai, «seulement» 20 personnes avaient perdu la vie au cours de la saison écoulée. Soit le bilan le plus faible enregistré par l’ANENA depuis 1989. Le manque de neige en début d’hiver et les mauvaises conditions météo ont sans aucun doute contribué à ce résultat, tout comme les diverses campagnes d’information et de prévention menées dans les stations, sous la houlette des professionnels locaux mais aussi des instances de l’Association nationale pour l’étude de la neige et des avalanches. Une association dont les comptes restent dans le rouge, même si elle peut compter sur le soutien des pratiquants et des acteurs de la montagne, dont l’ANMSM qui, par la voix de son président C-A Ginésy, reconnaît toute l’utilité du travail mené par l’association. «Depuis sa création, l’ANENA est un partenaire privilégié de l’ANMSM, un interlocuteur incontournable des pouvoirs publics. Expert unanimement reconnu en France et au niveau international dans le domaine des avalanches, elle représente pour les maires que nous sommes un appui indispensable lorsque survient une avalanche. Pour toutes ces raisons, l’ANENA est aujourd’hui un organisme incontournable et indispensable. Elle ne doit pas disparaître.»

 

Et bien roulez maintenant

Après avoir dévalé les pistes tout l’hiver, les accros de la glisse peuvent continuer à «avaler du dénivelé» à la belle saison. Et le moins que l’on puisse dire est qu’ils ont le choix de leur engin : bikeboard, mountainboard, trottinette tout-terrain, kart sur herbe ou tubing (grosse bouée à fond plat)... à chacun selon ses envies, son niveau et son âge (dès 6 ans). A découvrir notamment en Chartreuse au col de Marcieu. Tarifs : à partir de 10 € les deux heures par activité

Infos : www.col-marcieu.com

 

«Fais ta trace mais ne laisse pas de trace»

Une fois les pistes refermées et les skis rangés, ce sont les gants et les sacs plastique qui étaient de sortie ce printemps à l’occasion des journées de ramassage des déchets en station, organisées par les ESF, dans le cadre d’une action nationale. De Méribel à La Bresse en passant par Serre-Chevalier ou Gourette, ces sessions de collecte ont – hélas – été une nouvelle fois concluantes, avec des centaines de kilos de détritus en tous genres glanés sur et autour des pistes de ski. 34 ESF, épaulées par des écoliers, pompiers, membres du personnel communal… se sont ainsi mobilisées pour prendre soin de leur domaine et le rendre propre avant l’arrivée de l’été et des futurs vacanciers.

 
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 


Courrier des lecteurs
Michel Clément [Montbéliard], résident à Chamonix et cycliste invétéré, nous a écrit pour nous faire part de son mécontentement eu égard à l’état des routes dans la vallée.

Boutique
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous